Chapitre 4

C’est souvent plongé dans une foule que l’on se sent le plus abandonné.

Nathalie ressentait ce sentiment poignant de solitude bruyante. Elle était toujours enfoncée dans son canapé et sirotait son whisky coca comme s’il s’agissait d’une limonade. Autre signe de l’ennui solitaire. Lorsqu’on est seul, on boit, on fume, on s’invente une occupation alors que l’âme est désœuvrée.

Suzan et Steven eurent alors l’idée de s’affaisser dans le sofa d’en face pour s’embrasser langoureusement. Soûls, ils haletaient presque et expiraient de grands volutes d’alcool qui vinrent chatouiller Nathalie. Déjà légèrement alcoolisée, elle coula dans cet état délicieux où toutes les sensations semblent confortablement diminuées. Elle cligna des yeux mais elle distinguait mal les objets, et tous les mouvements de la pièce semblaient s’être ralentis. Les images étaient discontinues, comme des diapositives. Elle transpirait légèrement. Les images se déformèrent un peu plus. Ses paupières étaient si lourdes. Dodelinant de la tête, elle fixait le canapé d’en face d’un regard hagard.
Suzan et Steven étaient toujours là mais ils s’étaient métamorphosés en deux grosses limaces difformes suantes et se suçant l’un l’autre. Nathalie rit, cette vision lui sembla bien plus agréable que l’ancienne.
« Pourquoi tu ris ? » lui demanda Théo.
Elle l’observa d’un regard singulier alors qu’il s’installait à côté d’elle. Il avait le visage fin et bien dessiné, des yeux de velours aux reflets dorés qui lui faisait toujours penser à ceux d’Octave Mouret et une nuque si attirante.
— Nath, tu ressembles à un vieux pervers là.
Elle retrouva brusquement ses esprits et constata qu’elle s’était instinctivement approchée de lui pour humer le délicieux parfum de son cou.
Merde. Elle recula vivement tandis que Théo souriait.
— Et tu as la même haleine, continua-t-il en élargissant son sourire, tu as bu tout l’alcool de la soirée, non ? Elle avait l’impression que si son sourire s’élargissait encore, il toucherait bientôt ses oreilles.
— Hum, euh il est quelle heure ? lui demanda-t-elle comme si elle n’avait rien entendu. Il fallait vite faire oublier tout ce honteux incident.
— Une heure vingt, répondit distraitement Théo qui venait d’apercevoir Suzan et Steven et qui trouvait ce tableau intéressant. Coït sur le canapé, bonne allitération, bon titre pensa-t-il.
Nathalie qui avait perçu l’intérêt de Théo pour le couple se demandait quant à elle s’il aimerait être dans la même situation avec elle.
Triste divergence des pensées qui montre les espoirs douloureux de l’amour !
Nathalie balaya bien vite cette idée de son esprit. Ses yeux mi-clos errèrent un moment et tombèrent finalement sur la montre de Théo qui indiquait une heure vingt-cinq.
Elle se leva brusquement et une multitude de petits oiseaux se mirent à papillonner devant ses yeux. Elle essaya de les chasser d’un revers de la main.
« Il faut que j’y aille sinon je vais rater le dernier métro !
— Tu ne veux pas boire un dernier truc avant de partir ? lui demanda Théo. Je veux dire sans alcool, ajouta-t-il précipitamment. Pour faire passer. Tiens. Et il lui tendit une brique de jus de pomme.
— Merci. Elle avala rapidement trois gorgées et se retrouva soudainement par terre à tousser violemment. Elle suffoquait.
— Nath, qu’est ce qui se passe ? Théo se précipita vers elle, alarmé par sa soudaine chute.
— Ce… C’est… C’est de la vodka dans cette brique ! Tu es complètement malade ou quoi ? répondit-elle avec difficulté, le liquide brûlant encore dans sa gorge.
— Je ne savais pas, répondit Théo qui se rassérénait et commençait à trouver la situation hilarante.
Nathalie maudit cette habitude qu’ont les jeunes gens de dissimuler l’alcool dans les briques de jus et se releva en chancelant.
— Bon j’y vais. Théo, merci pour ce soir.
— Salut fais attention. »

Elle passa la porte et sortit de l’immeuble en titubant.

Marie G.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s